• 1-humain
  • chrs
  • maison relais
  • 2-ensemble
  • ilot femmes
  • Humain par essence

    SAFED, le devoir d'aller plus loin...
  • Le Centre d'Hébergement

    et de Réinsertion Sociale
  • La Maison Relais

    Fénelon
  • Le service mandataire judiciaire

    pour la protection des majeurs.
  • L'îlot femmes,

    pour sortir la tête de l'eau.

LE PROJET "ESTIME & MOI" RECOMPENSE

Ce projet est né de la rencontre entre deux écoutantes et une socio-esthéticienne. Claire Brisson, Socio-esthéticienne formé par le CODES (fondation l’Oréal), est venue nous rencontrer à l’Ilot Femmes-SAFED, accueil de jour dédié aux femmes victimes de violences au 1, rue Jacques Le Lorrain à PERIGUEUX.

Elle nous a présenté son métier, la vision qu’elle en a et les bienfaits que peut apporter sa pratique aux usagères de notre structure. L’idée d’un travail collaboratif s’est imposée comme une évidence.

IMG 1952La socio-esthéticienne exerce une fonction d'accompagnement et de relation d'aide aux personnes en souffrance somatique ou psychique. Elle utilise pour cela des conseils et des techniques spécifiques basées sur un travail corporel en complément du travail réalisé par les écoutantes et la psychologue.
Sa pratique, axée sur le toucher, favorise la communication verbale, non-verbale et contribue à :
- Maintenir l'intégrité de la peau, apaiser les manifestations somatiques, l'anxiété et le stress, stimuler la remise en mouvement, maintenir l'élan vital
- Reconsidérer l'hygiène corporelle
- Retrouver un mieux-être physique et psychique, encourager vers plus d’autonomie
- Resocialiser,
- Restaurer l'estime de soi et l'émergence des potentialités (prises de conscience)

Nous avons constaté qu’en Dordogne, la socio-esthétique est davantage associée à l’accompagnement hospitalier ou aux personnes en situation précaire. L’originalité de notre projet s’appuie sur la prise en charge d’un public qui n’est pas forcément identifié comme bénéficiaires prioritaires.
Or la femme victime de violence, brisée dans son corps et dans son cœur, honteuse de ce qu’elle vit ou a vécu, a tendance à cacher ses blessures, à s’isoler, à se faire oublier pour échapper aux brimades. Elle n’ira pas d’elle-même rencontrer un professionnel de l’esthétique qui pourrait être témoin direct de sa situation.

Nous avons eu l’opportunité de travailler avec Claire Brisson, dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes.
Claire a proposé bénévolement un atelier de socio-esthétique gratuit. L’activité a remporté un franc succès : 17 personnes ont bénéficié de soins ce jour-là.
Les retours ont été extrêmement positifs mettant en lumière les bienfaits explicités plus haut. Les participantes à cette journée ont demandé à avoir accès régulièrement aux interventions de la SE.

Les bénéficiaires de ce projet sont les personnes reçues à l’Ilot Femmes. Notre structure ouverte depuis juin 2013 est un accueil de jour, un espace d’écoute et d’orientation à destination des femmes victimes de violences (physiques, morales, sexuelles, financières…) conjugales et intrafamiliales. La présence d’une socio-esthéticienne viendrait compléter la prise en charge proposée.

La présence régulière de la socio-esthéticienne est nécessaire afin de pouvoir instaurer une relation de confiance avec les femmes et d'établir une collaboration étroite avec l'équipe. Il paraît donc intéressant de partir sur une intervention par semaine.

Notre motivation repose sur la mise à disposition de soins pour les femmes afin de leur redonner confiance en elle et affronter la vie pour aller vers plus d’autonomie.
Dans le cadre de « La Journée de La Femme », nous avons pu observer lors des séances de maquillage une difficulté à se regarder dans le miroir. Cette difficulté est repérée par la SE qui encourage les personnes à orienter leur regard, à les accompagner dans cette démarche. En fin de séance, on constate que les femmes se regardent avec un sentiment de plaisir et de joie. Nous notons que les participantes n’ont pas évoqué la problématique des violences pendant cette journée. Elles ont communiqué sur qui elles sont vraiment et non pas sur la « victime de violences » dont elles nous parlent en séances d’écoute ou de prise en charge psychologique. Elles se sont donc saisies de leur identité profonde, ont repris contact avec leurs valeurs et ont une image positive d’elles–mêmes.